Tekenessi

Allez...un petit rhum - Madagascar -

Traversée du Népal - Suivez les retours du Yéti...
PARUTIONS D'ARTICLES
Je m'abonne Je me désabonne
ACCUEIL POURQUOI VOYAGER AVEC TEKENESSI ? INSCRIVEZ VOUS ! BLOG VOYAGE
RETOURS A CHAUD
PHOTOS SUR LES TRACES DU YETI HIMALAYAN ART
ART CONTEMPORAIN
CONTACT ABONNEMENT NEWSLETTER

Allez...un petit rhum - Madagascar -


Le rhum fait partie de la vie locale malgache. Vous ne me croyez pas? Allez donc faire un tour dans la campagne et on en reparle à votre retour...C'est la boisson nationale, avec la bière THB.

Mais revenons sur la canne à sucre à l'origine du rhum. Sans elle point de breuvage...
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la canne à sucre n’est pas originaire du continent américain, mais d’Asie. Des plants sauvages de  Saccharum officinarum  ont été en effet retrouvés en Nouvelle-Guinée, donc au final, elle a dû être introduite il y a fort longtemps à Madagascar.
La canne à sucre s’est répandue dans les pays du soleil au hasard des conquêtes territoriales pour finalement s'implanter dans les Caraïbes et les Antilles. Il aura fallu quelques siècles au rhum pour que le “tue-diable ” devienne la boisson que nous connaissons de nos jours.

Ce qui nous intéresse en premier lieu lors des voyages à Madagascar est le rhum agricole et plus particulièrement le rhum artisanal. L'industrie produit aussi de nos jours d'excellents rhums.
Le rhum agricole a une particularité, il est obtenu à partir du vezou (jus de canne en créole). Ce vezou doit être mis immédiatement à fermenter puis distillé car le jus de canne à sucre ne se conserve pas, et il s’altère très vite.
Mais en contrepartie, il apporte d’indéniables qualités aromatiques et une fraîcheur caractéristique. Bon, pour la fraîcheur, tout dépend du nombre de verres ingurgités;  dépassée une certaine dose, je ne suis pas bien sûr qu'il soit encore possible de distinguer les arômes...
Les rhums plus industriels, quant à eux, s'obtiennent à partir de la mélasse (sous-produit du raffinage du sucre), qui a pour caractéristique de bien se conserver, et peut donc voyager facilement.

n326/madagascar.rhum.6.jpg  Le précieux breuvage...



Le rhum artisanal se produit de deux façons :
  • aux abords des villages

Chacun produit sa boisson, même si certaines productions sont de meilleure qualité que d'autres. Une fois récoltées, les cannes sont coupées en petits bouts, broyées et placées au fond d'un trou étanche avec du jus de tamarin. Puis tout cela fermente joyeusement...ne reste plus qu'à distiller et en extraire ce liquide translucide que l'on appelle rhum.

Les goûts sont très variables, tout autant que le degré d’alcoolémie...personne ne dose ce rhum. Une seule chose est sûre...il est fort. Rien en dessous de 50°. A consommer avec modération, sinon gare au mal de crâne le lendemain matin.

n326/madagascar.rhum.15.jpg
Quand la musique est bonne...


  •  une version plus organisée de la production artisanale
Elle s’effectue dans des fûts métalliques. Vous allez facilement les rencontrer sur le bord des routes, entre autre au bord de la RN°7. Idem jusqu'à la coupe de la canne à sucre, puis du tamarin, puis on étanchéifie le bidon, on laisse fermenter et l'on distille en faisant passer un tube dans un tronc d'arbre rempli d'eau froide pour condenser les vapeurs et récupérer le rhum.
Mais ce qui est le plus marquant, c'est cette technique de réduction de la canne à sucre en petits bouts puis son concassage manuel. Habituellement, la canne est broyée pour en extraire le jus en le séparant de la pulpe. Ici un travail de forçat est effectué, pour briser la canne, afin que le jus amalgamé avec l'écorce et la pulpe puissent entrer en fermentation. Quand je dis forçat, je vous invite à venir le découvrir par vous-même : l'exercice d'équilibrisme est couplé à un réel travail de force.

n326/madagascar.rhum.9.jpg
Forçat en équilibre.

Le résultat final reste le même. On n'a pas vraiment une idée très précise du degré d'alcool à la mise en bouteille...à consommer à nouveau avec modération.

En trek, je dois bien avouer que l'on a toujours une petite bouteille pour accompagner les cacahuètes de l'apéritif du soir. C'est aussi cela la découverte d'un pays...
Mais attention lorsque l'équipe puise dans ses réserves de rhum, car une bouteille ouverte est automatiquement vouée à être vidée...ambiance garantie.
J'ai un petit faible pour le rhum Dzama (produit sur l’île de Nosy-Bé), qui, dans le dialecte local, signifie « parent, ami cher ». Son petit goût particulier viendrait, selon la légende, de l’Ylang-ylang (Cananga odorata), arbre dont les fleurs distillées produisent une huile essentielle très utilisée en parfumerie.
Pour une consommation en France, si je veux rester sur un parfum malgache, ce sera le rhum Mangoustan, un rhum arrangé avec un petit fruit issu du mangoustanier.

rhum.mangoustant A consommer avec modération...



Une autre spécialité plus rare peut se déguster sur l'île, le vin de canne, qui est encore produit de façon artisanale sous l'appellation « Betsabetsa ».

Pour encore plus d'images, je vous invite à parcourir la galerie " Donne du rhum à ton homme..."

Laurentmadagascar
 
    Top    
1 items   page 1/1
 
Philippe 9 septembre 2018
C'est vrai que le rhum Mangoustan ne laisse pas indifférent chaque fois que je vais à Mada j'en ramene il fait sensations ici en Haute Savoie c'est un délice !!!

Rép : tout à fait d’accord ;-)
   
Annuler / Remonter     Poster un commentaire

Allez...un petit rhum - Madagascar -