Tekenessi

Far-west népalais - Trek Simikot - Jumla (lac Rara)

Traversée du Népal - Suivez les retours du Yéti...
PARUTIONS D'ARTICLES
Je m'abonne Je me désabonne
ACCUEIL POURQUOI VOYAGER AVEC TEKENESSI ? INSCRIVEZ VOUS ! BLOG VOYAGE
RETOURS A CHAUD
PHOTOS SUR LES TRACES DU YETI HIMALAYAN ART
ART CONTEMPORAIN
CONTACT ABONNEMENT NEWSLETTER

Far-west népalais - Trek Simikot - Jumla (lac Rara)


Cette année, j'avais planifié un trek dans le nord de Simikot pour rejoindre Jumla par un itinéraire très sauvage. Mais la météo en a décidé autrement...
Il a donc fallu s'adapter, car quand la neige est déjà présente à 3800m, et en quantité, ce n'est pas la peine d'aller voir vers 5500m...
Initialement j'avais prévu de rester un certain temps dans de hautes vallées, il fallait donc envisager de brasser une quantité importante de neige. Une grande partie de l’itinéraire ne présentait pas de chemin, j'ai donc décidé, non sans mal, de changer mes plans et de me rabattre sur une alternative moins sauvage.
J'ai de ce fait opté pour un trek depuis Simikot jusqu’à Jumla en passant par le lac Rara.
Un trek plus "ethnique", puisqu'il permet de relier les villages des régions de Humla et de Mugu. Une zone géographique en majorité indouiste, où l'on s'immerge en pays Chhetri, Bahun (Brahmane) et Thakuri.

n430/trek.simikot.rara.jumla.1.jpg
Un trek de rencontres...

Il y a bien çà et là quelques bouddhistes isolés, mais ils sont très minoritaires.
Donc pas de Gompa*, pas de drapeaux à prières aux cols, mais de nouvelles rencontres avec des peuples dont j'ignorais tout.

n430/trek.simikot.rara.jumla.2014.1.jpg
Voyage prévu en bleu...réalisé en rouge...



J'ai donc décidé de rester la journée du vol à Simikot pour réorganiser mon voyage.
Laisser une part de nourriture qui ne me servait plus a rien, il y a beaucoup de villages sur le trek, mais je devais tout de même garder piolet et crampons...
La connexion internet étant présente, j'ai vite regardé ce qu’il était possible d'envisager, avec les cartes que j'avais.
Je me suis alors rendu compte qu’une grande partie des treks proposés suivait la rivière Karnali jusqu'au village de Piplan. Cet itinéraire laisse de côté tout un pan de la richesse de cette région : les villages.

n430/trek.simikot.rara.jumla.3.jpg
Les villages sont souvent bien cachés..

Oui, il y en a bien le long de cette rivière, mais ils sont régulièrement visités et rester une grande partie du voyage dans des gorges sans vue...très peu pour moi.
Le choix a donc été vite fait...

n430/trek.simikot.rara.jumla.2.jpg
Chaque parcelle est exploitée au mieux...


L’ensemble de l’itinéraire s'est donc articulé sur 14 jours de trek, initialement j'en avais planifié 25, pour visiter deux régions :
  • De Simikot à Gamghadi (Humla)
  • De Gamghadi à Jumla (Mugu)

Tout en tentant de rester le plus haut possible. Malgré tout, je n'ai pas réussi à dépasser les 3800m. C’était donc un voyage dans les basses vallées. Rien de péjoratif dans cette dénomination, elles sont simplement à des altitudes relativement faibles. Mais ces vallées sont souvent très encaissées et lorsque l'on doit passer de l'une à l'autre, il y a de sérieuses dénivelées à envisager...

La réalité a bien été en adéquation avec ce que je présentais sur les cartes. Mais grâce à la faible altitude, le corps récupère beaucoup plus vite...



De Simikot à Gamghadi (Humla)
Les villages sont présents et en quantité, il faut parfois aller les chercher dans de profondes vallées reculées, mais ils sont bien là. J'ai donc pris l'option de dormir la majeure partie du temps chez l'habitant. Ou pour être plus précis, au-dessus de l'habitant.
L'habitat de cette région est constituée de maisons à toit plat, avec bien souvent une avancée en bois, pour s'abriter au cas où. Le temps était plutôt clément, alors dormir sur un toit la tête dans les étoiles, que demander de plus ?
Bien entendu, dès que j'ai pu dîner avec les familles, je ne m'en suis jamais privé. J'ai donc pu découvrir de nouvelles saveurs et partager avec eux de délicieux repas. Le principal, et nouvel  ingrédient était un haricot rouge qui pousse dans cette région. Ferme et succulent, il m'a permis de découvrir une autre variante du dal bhat, ainsi que de nouveaux plats où il en est l’ingrédient principal.

n430/trek.simikot.rara.jumla.4.jpg
Le repas se prépare ;-).

Les champs étaient plus ou moins récoltés, toute l’activité était donc concentrée autour des villages, rendant les rencontres faciles et nombreuses.
Beaucoup de hameaux sont complètement oubliés du tourisme, c'est donc avec une certaine curiosité que l'on me voyait arriver. C’était moi l'exotique...
Les paysages restaient variés et diversifiés, des montagnes du massif de Saipal en passant par les gorges profondes des rivières de cette région.

n430/trek.simikot.rara.jumla.9.jpg
Je vous avais prévenu, elles peuvent être profondes...

Je dois aussi avouer que j'ai passé pas mal de temps dans des forêts de pins, principaux ligneux endémiques, lorsqu’ils n'ont pas été surexploités et décimés pour la construction ou le bois de chauffage...

 
   De Gamghadi à Jumla (Mugu)
La seconde partie de l’itinéraire suivait la même logique, mais les variantes étaient moins nombreuses.
Par contre, il y avait tout de même le lac Rara au programme, et rien que pour cela c’était déjà quelque chose de non négligeable.
En temps normal, ce lac est un lieu paisible où les animaux sauvages évoluent dans une relative tranquillité. On y rencontre facilement les chacals, et l'ours n'y est pas trop rare...
Ce qui surprend le plus, c'est la quantité d'oiseaux que l'on voit ou que l'on entend. Dans les autres régions, la chasse régulière aux lance-pierres organisée par les jeunes garçons les ont largement décimés...
Mais cette année grande réunion au sommet, avec pour thème le réchauffement climatique mondial, et plus de 500 personnes. Je ne sais pas bien si c'est vraiment le thème à aborder ici, mais pour la tranquillité des lieux...je me suis fait légèrement avoir.
Une seule solution, direction le bout du lac, dans une petite prairie paisible, pour y planter ma tente et me préparer un petit feu.

n430/trek.simikot.rara.jumla.7.jpg
Seul face au lac Rara, j'y serai avec vous la prochaine fois...

Le retour sur Jumla est assez rapide après le passage au lac Rara, et l'on comprend rapidement que le Népal avance, lui aussi.
Les pistes, qui ne sont mentionnées sur aucune carte, se font de plus en plus présentes. Il faut bien désenclaver les populations.
Une dernière nuit à 3550m et c'est le grand plongeon dans la dépression de Jumla...retour en ville où la vie s'articule autour des boutiques et de l’aéroport.

n430/trek.simikot.rara.jumla.8.jpg
Dernier bivouac...

Je peux vous assurer qu'une certaine part de modernisme envahit cette région, j'ai compté pas moins de 10 échoppes de téléphonie mobile...


En résumé :
  • Un voyage orienté rencontres
  • Pas de hautes altitudes
  • Loin du tourisme d'aventure classique...

Personnellement, je trouve que l’itinéraire Simikot - Rara - Jumla est un complément indispensable pour les trekkeurs qui veulent avoir une vision plus large du Népal. Pour une approche différente, loin des treks classiques, au plus près des populations locales.


n430/trek.simikot.rara.jumla.6.jpg


Par contre, je vous invite à ne pas trop attendre, car les pistes progressent vite, et cette région risque de devenir impraticable à pied, bien avant d'avoir été complètement explorée...


Ce trek fera partie intégrante de la traversée du Népal que vous pourrez retrouver dès 2015.


n430/trek.simikot.rara.jumla.5.jpg

Les chèvres et les moutons peuvent aussi transporter le riz...


La galerie photo qui lui est consacrée, c'est ICI (en cours...).


capture.d.e.769.cran.2011.10.06.a.768.12.58.52nepal.trek.logologo.trek.nepal.1




* J'ai passé beaucoup d’années à appeler les monastères bouddhistes des Gompa. De nos jours on trouve souvent l’écriture Gomba. En fait, après discussion avec un ami moine, le vrai nom tibétain et Sherpa est Gomda. Gom voulant dire méditation et da lieu, donc le lieu où l'on médite...

 
    Top    
2 items   page 1/1
 
Christophe 22 mars 2017
Bjr,
J'ai vu votre topo sur le trek de Simikot à Jumla. Je connais pas trop mal le Népal pour y vadrouiller pas mal mais pas du tout l'ouest. Faut-il un permis particulier pour ce trek ? (je sais que pour Limi ou Mugu, c'est nécessaire mais pas pour Rara).

J'ai pour habitude de partir seul ou avec un népalais (qd obligé par la loi) et c'est un trek qui peut m'intéresser en sept...

Merci d'avance

Rép : réponse en message privé...
Christophe 21 novembre 2014
Bonjour,
Très sympa quand même ce voyage !
Tu m'as donné une idée avec les moutons qui transportent des charges...
A bientôt
   
Annuler / Remonter     Poster un commentaire

Far-west népalais - Trek Simikot - Jumla (lac Rara)